Infos climat FLASH INFO du Portail du CILSS dans le domaine du Changement Climatique et de la Gestion Durable des Terres en Afrique de l'Ouest

Approches politiques et incitations positives potentielles pour réduire les émissions découlant du déboisement dans les pays en développement

imgforetBien qu’un petit nombre de pays aient réussi, au cours des dernières décennies, à réduire considérablement le déboisement, au plan mondial celui-ci se poursuit toujours à un rythme inacceptable. En 2006, l’Organisation internationale des bois tropicaux a conclu que 5 % seulement des forêts tropicales étaient gérés de manière durable. La gestion non durable est la cause principale de la dégradation des forêts, tandis que la transformation de forêts en terres agricoles est, de loin, la cause principale du déboisement. L’expansion des plantations agro-industrielles à grande échelle destinées à la production d’aliments, de fibres et, de plus en plus, d’énergie, est en même temps une cause directe et une cause indirecte importantes de la diminution des forêts; à mesure que de plus en plus de terres arables sont affectées à la monoculture, l’élevage en ranch et d’autres activités agricoles doivent se déplacer vers les zones boisées et d’autres écosystèmes naturels Le déboisement et la dégradation des forêts sont deux causes majeures de l’émission de gaz à effet de serre. Signalons que le remplacement des  par des plantations d’arbres en régime de monoculture est considéré comme une forme de déboisement par ceux qui adoptent une définition de forêt fondée sur la science biologique, mais que cette définition n’est pas celle formellement adoptée par les Accords de Marrakech passés par les Parties au Protocole de Kyoto. Or, qu’il soit défini comme déboisement ou comme dégradation des forêts, le remplacement de forêts naturelles par des plantations d’arbres est une tendance mondiale et constitue une source considérable d’émissions de gaz à effet de serre. Lire la suite ICI

FaLang translation system by Faboba