Infos climat FLASH INFO du Portail du CILSS dans le domaine du Changement Climatique et de la Gestion Durable des Terres en Afrique de l'Ouest

Events

Comment les légumineuses contribuent-elles à un monde durable ?

imglegumineuseIntroduction des légumineuses dans la production agricole pourrait bien jouer un rôle essentiel pour accroître la résilience au changement climatique. La bonne santé du sol est la base de la sécurité alimentaire ; les légumineuses contribuent à accroître la biomasse microbienne des sols et l’activité microbienne. La culture des légumineuses en système de cultures multiples enrichit la biodiversité agricole et améliore les services écosystémiques. Les légumineuses sont plus robustes que la plupart des cultures et contribuent à nourrir le sol. On estime à l’échelle mondiale, 190 millions d’hectares environ sont cultivés en légumineuses et ces cultures apportent aux sols 5 à 7 millions de tonnes d’azote.  Les légumineuses sont intelligentes face au climat car elles s’adaptent au changement climatique et simultanément concourent à en atténuer les effets. Lire la suite ICI

Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi : 7 faits sur le changement climatique et la production alimentaire pour un développement durable

imgseptfaitA mesure que le changement climatique évolue l’alimentation et l’agriculture doivent aller de même. Les températures qui augmentent, les variations de pluviosité, les conditions météorologiques désordonnées et la prévalence de parasites et maladies dus au changement climatique, menacent la productivité agricole et par conséquent nuit à la sécurité alimentaire mondiale. Parallèlement, la population mondiale connaît une croissance continue et devrait d’atteindre 9.6 milliards de personnes d’ici 2050. Pour satisfaire une telle demande, l’agriculture et les systèmes alimentaires devront s’adapter aux effets négatifs du changement climatique et devenir plus résilients, plus productifs et plus durables. Pour célébrer le thème de la Journée mondiale de l’alimentation de cette année «Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi, voici 7 faits sur le changement climatique et quelques une des activités mises en œuvre par la FAO pour en atténuer les effets sur l’agriculture.

COP21 : quatre mois après l'accord de Paris, l'ambition est-elle toujours la même ?

imgcop21Le consensus adopté par les 195 pays à Paris pour limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100 était alors, qualifié de "Différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et juridiquement contraignant". Depuis, l'ancien ministre français des Affaires étrangères a cédé sa place à la ministre de l’Ecologie. Comme lui, d’autres personnalités engagées dans la lutte pour le climat vont bientôt tirer leur révérence alors que New York accueille, vendredi 22 avril, la cérémonie de signature de l’accord. Ces départs conjugués à un contexte économique, politique et géopolitique particulier laissent planer un vent d’incertitude : quatre mois après le sommet parisien, à l’heure où l’accord s’apprête à être signé, la dynamique initiée à la COP21 est-elle toujours d’actualité ? lire la suite ICI

Confronting Drought in Africa's Drylands

imgdocfaoDrylands are at the core of Africa’s development challenge. Drylands make up about 43 percent of the region’s land surface, account for about 75 percent of the area used for agriculture, and are home to about 50 percent of the population, including a disproportionate share of the poor. Due to complex interactions among many factors, vulnerability in drylands is high and rising, jeopardizing the long-term livelihood prospects for hundreds of millions of people. Climate change, which is expected to increase the frequency and severity of extreme weather events, will exacerbate this challenge. African governments and their partners in the international development community stand ready to tackle the challenges confronting drylands, but important questions remain unanswered about how the task should be undertaken. Do dryland environments contain enough resources to generate the food, jobs, and income needed to support sustainable livelihoods for a fast growing population? If not, can inject. Read more HERE

Terres communes : sécuriser les droits fonciers et protéger la planète

imgterreautocPrès de 2,5 milliards de personnes dépendent de terres autochtones et communautaires représentant plus de la moitié des terres de la planète ; elles n’en détiennent pourtant légalement qu’un cinquième. Les cinq milliards d’hectares restants ne sont pas protégés et sont donc exposés à l’accaparement des terres par des entités plus puissantes, telles que les États et les grandes entreprises. Il apparaît de plus en plus clairement que la propriété foncière de plein droit des peuples autochtones et communautés locales joue un rôle essentiel pour préserver la diversité culturelle et l’accaparement des terres, l’instabilité politique et le changement climatique. L’importance de la protection et du développement de la propriété foncière des communautés et des populations autochtones fut un élément essentiel des négociations sur les objectifs de développement durable et l’Accord de Paris sur le changement climatique ; elle est cruciale pour la réussite de leur mise en œuvre. Le présent rapport lance un appel mondial à l’action sur les droits fonciers autochtones et communautaires, soutenu par plus de 300 organisations à travers le monde. Lire la suite ICI

FaLang translation system by Faboba